Plan du site | Recherche | Accueil

Société Périllos ©

Crash du Constellation.
Catastrophe du 11 janvier 1963
(Seconde partie)

 

Les causes dont on ne parle pas

Nous en étions à nous demander s’il pouvait y avoir une raison à cette catastrophe, autre qu’une défaillance humaine ou matérielle, peu à peu aussi improbable l’une que l’autre. Il reste à essayer d’apporter des suppositions sur les vraies raisons de cette tragédie et surtout les conditions dans lesquelles elle se déroula.
Sur l’épouvante des restes de cette tragédie, la pudeur, ou plutôt le silence des médias s’est très vite installé. Aujourd’hui, seuls les compagnons d’armes des victimes militaires perpétuent, une fois l’an, en présence de monsieur le maire d’Opoul, la mémoire des hommes morts en mission. A notre connaissance, jamais plus aucun média, ni personne, ne parla des causes de l’accident du Constellation dans le secteur de Périllos. Serait-ce supposer qu’aucun rapport officiel ne fut donné ? Il est vrai qu’en matière d’informations les services militaires de relations avec le domaine public sont limités à leur plus simple expression. Effectivement, il est rarement possible d’avoir connaissance des conclusions de la ‘Grande Muette’ concernant ce genre d’accident.
Faute d’en savoir plus, nous avons repris les coupures de la presse locale ayant longuement fait mention de la catastrophe. En reprenant la lecture, nous notons un certain nombre d’informations qui, sans doute, passèrent inaperçues face à l’horreur de cette tragédie.

Les sujets dont on évite de parler

C’est en parcourant à nouveau les pages, à la recherche d’un indice qui nous aurait échappé, que plusieurs détails retinrent notre attention.
Cependant, s’il est un sujet difficile et délicat à aborder de manière générale, c’est celui de l’insolite dans l’espace aérien. Tant de sottises, fausses informations ou interprétations sont déversées, sans plus de vérifications, qu’il est impossible de séparer le douteux du réel. Nous avions, depuis le début de nos études concernant le secteur de Périllos, délibérément choisi de ne pas aborder ce sujet délicat. Plusieurs fois, il nous a été fait mention d’observations inexpliquées, ou de faits insolites, par des personnes n’ayant pu se rencontrer en raison des époques différentes et des lieux. Nous avions pris note de ce que ces ‘témoins’ nous rapportaient, sans jamais en faire état sur nos colonnes.
Ici les conditions sont différentes. Les sources étant celles d’un média de l’époque, nous croyons utile d’apporter certains éléments au dossier du ‘Constellation’… et quelques réflexions.
Revenons à la lecture des pages de journaux concernant la catastrophe du 11 janvier 1963 près de Périllos. Nous ne revenons pas sur les articles concernant cette dernière, mais sur les informations présentées dans les mêmes pages. Nous en retiendrons plusieurs, sans prendre en compte, évidemment, les ennuis de Johnny Halliday ou les entrefilets consacrés à l’O.A.S. à cette époque. Il y a nettement plus étonnant pour nous.

D’autres faits dont on parle

Effectivement, nous trouvons dans les mêmes numéros du journal deux autres événements qui pourraient bien présenter nettement plus d’intérêts qu’ils ne le paraissent, ainsi ‘effacés’ par l’annonce de la catastrophe aérienne.
Premier évènement :
Il s’agit d’une annonce, pourtant en titre près du cartouche du journal L’INDEPENDANT n°10 du 11 janvier 1963 (un vendredi) qui est celui du jour du crash sur Périllos. On lit donc en première page « UN CHAMP DE TIR SPATIAL SERAIT CREE ENTRE LEUCATE ET PERPIGNAN »… avec un article plus complet expliquant la prévision d’installation d’une base de lancement de fusées… et de satellites, depuis ce secteur de la côte roussillonnaise. Le dimanche qui suit, nous lisons, en page deux, de ‘L’Indépendant Dimanche’ : « Le premier satellite français sera lancé de la base de Leucate en Roussillon ». On nous explique, ensuite, que ce lancement est prévu pour le printemps 1965 et que le choix du site de tir est idéal à cet endroit si l’on prend en compte « la rotation de la Terre » ! Non… ce n’était pas un canular, mais on est très étonné, d’abord qu’il n’y ait pas eu plus d’écho pour cet événement exceptionnel pour l’époque… ensuite de l’absence de commentaire sur ce scoop et enfin… que plus rien ne fut expliqué sur ce projet qui apparemment ne vit pas le jour ou alors dans le plus grand secret. Mais en cas de confidentialité exceptionnelle, compréhensible pour ce genre d’exploit technique à l’époque, on se demande alors pourquoi l’info s’est retrouvée en première page dans un quotidien à grand tirage. Enfin, dans notre première partie de ce dossier, nous joignions en document la reproduction ‘texto’ d’un article concernant la catastrophe du Constellation. Volontairement, nous n’avions présenté que la colonne texte. Nous présentons maintenant cette même colonne texte, mais avec l’illustration qui le jouxtait. Nous pouvons voir qu’il s’agit de la reproduction d’une carte de la côte roussillonnaise et qu’un cadre noir y est accompagné du mot « fusées » ! Il est donc admis que le projet d’un « pas de tir spatial » était bien en cours au moment du crash du Constellation perdu dans les montagnes de Périllos !

L’étrange accident du Constellation

Maintenant, posons le problème de cet accident aérien nous concernant. Un Constellation est en mission d’essai. Il est habituellement affecté à des missions de sauvetages et secours en mer. Il est en perdition avec un équipage et un ‘laboratoire volant de 19 tonnes’ à la fin d’un virage incompréhensible dans sa trajectoire habituelle. L’article dans le journal précise bien que l’appareil venait de « survoler St Laurent de la Salanque et décrivait un cercle pour rejoindre la mer ». Or, si l’on regarde une carte topographique de ce secteur, St Laurent de la Salanque est situé précisément dans le rectangle « fusées » de l’article de Presse. Ajoutons que sur la carte du journal, St Laurent, pourtant dans le périmètre en question, n’est pas inscrit… on ne le voit pas… un regrettable oubli, sans doute ?

Une inavouable mission du Constellation ?

Rappelons-nous que ce vol ‘d’essai’ emportait à son bord quatre militaires ayant la fonction ‘d’observateurs’, un troisième pilote dont on peut se demander ce qu’il pouvait piloter alors que chaque avion ne peut disposer que d’un commandant de bord et de son co-pilote. Il en est de même pour deux exploitants radio… et un civil curieusement affecté à la Compagnie Générale de Transports maritimes !
Et si, tout simplement, ce Constellation s’était trouvé en mission militaire pour une surveillance d’un site ‘secret’ et stratégique de la plus haute importance pour notre pays. Certes, en ce cas il était impossible, pour l’Armée, de donner le véritable but d’observation d’un site sous haute surveillance.
Peut-être était-ce là la vraie mission de cet appareil… Cependant, si cette hypothèse devient vraisemblable, elle n’en reste pas moins comporter des zones d’ombres. Si le rôle d’observateur est maintenant acceptable, il n’en est pas de même pour le point de l’accident très éloigné du site « fusées » et de la surveillance en mer… même pour un exercice d’essai. Le rayon de virage de l’appareil est beaucoup trop large pour être un simple trajet habituel pour ce genre de manœuvre. Il est donc difficile d’admettre que le survol du territoire de Périllos soit une simple trajectoire suivie d’un accident en raison d’un ‘plafond’ trop bas… surtout pour un équipage chevronné choisi pour ses compétences, comme nous l’avons vu dans la première partie de notre travail.

Un vol routinier de surveillance

Il resterait à envisager d’autres solutions.
Une où il y aurait eu effectivement des plans de navigation destinés à une unité aérienne de sauvetage en mer… en raison du site stratégique implanté vers le secteur de Salse. On note que le rectangle de limite s’achève vers le site de la chapelle templière de St Hipolyte. Un vol de surveillance de ce secteur n’aurait alors rien eu d’étonnant. Mais, en ce cas, un large virage aurait cependant dû être exécuté en direction de la mer, et non de la terre ! A moins évidemment que ce plan de surveillance… ‘d’observation’… ait eu une extension jusqu’aux terres oubliées de Périllos. Si tel était le cas, on serait sans doute contents de savoir ce qu’il y avait à surveiller, en ce secteur, qui ait un lien avec la base de lancement de fusées ou de satellites ?

Où il serait question d’O.V.N.I.

Une autre hypothèse serait que le Constellation n’ait pas été affecté à une surveillance stratégique. Sans doute, ce pourrait être le cas car ce genre de mission fait plutôt appel à une couverture aérienne assurée par des chasseurs armés ou des appareils de repérage en mer, rapides et spécialisés dans ce genre d’opération. Un Constellation pourrait tout au plus signaler une observation nécessitant une intervention plus efficace que la sienne… puisque le sauvetage en mer ne se fait pas depuis un avion armé ! Il faudrait, alors, admettre que cet appareil ait bien été en mission d’observation sur une ligne se situant… là où il s’est abattu et qui demandait un vol à basse altitude, malgré les risques qui, hélas, entraînèrent la catastrophe!
Nous arrivons maintenant à une autre remarque, plus délicate, depuis ces pages de quotidien ayant annoncé la tragédie.
C’est dans ces mêmes colonnes que nous trouvons cette fois des informations faisant état… d’OVNI dans le ciel perpignanais. Ces témoignages précisent qu’ils font suite à d’autres sur la région de Limoux et Narbonne quelques jours auparavant. Les témoignages sont faits par des personnes semblant dignes de foi, l’une étant expert judiciaire. Le second article est plus précis encore puisqu’il explique la façon étrange dont se déplace l’engin non identifié et la direction qu’il semble prendre.
On retient de ces différents articles que le phénomène s’est surtout produit entre le lundi 7 et le lundi 14 janvier… soit au moment de la catastrophe du Constellation dans ce secteur.

Beaucoup d’engins non identifiés pour un secteur délimité

Bien entendu, nous soulignons ces constats seulement pour information… et nous nous gardons bien d’affirmer catégoriquement un lien de cause à effet avec le crash du Constellation. Simplement nous pouvons, à juste titre, être étonnés qu’il y ait eu une telle ‘activité aérienne’, provisoirement inexplicable, justement dans le périmètre de l’espace de lancement des satellites et fusées expérimentales françaises.
Admettons plusieurs témoins signalant immédiatement aux autorités ce qu’ils viennent de voir d’anormal dans le secteur aérien en question. Il est certain que l’autorité met en action au moins une vérification autorisée. S’il y a confirmation de l’observation, une procédure plus… ‘poussée’ est actionnée à fin ‘d’interception’ ou ‘mise sous contrôle’. C’était en tous cas la procédure il y a une trentaine d’années, donc à peu près à l’époque de l’accident du Constellation. Pourquoi, en ce cas, ne pas envisager un appareil de l’EARS, disponible ou en exercice, détourné sur ordre de l’autorité pour aller aux vérifications sur zone ? Si cette action est possible il faudrait qu’elle se soit déroulée juste au moment où une opération ‘ponctuelle’ était en cours… permettant le détournement du Constellation sur les lieux à surveiller. Le hasard ferait-il bien les choses à ce point là ? Il est difficile de répondre à cette remarque.

Une effarante hypothèse

Evidemment il reste une hypothèse, si extraordinaire, qu’elle ne peut effectivement que se dérouler dans le périmètre de Périllos. Ce serait celle, vraiment incroyable, d’une recrudescence de témoignages à propos d’engins non identifiés survolant une zone qui à l’époque est au-dessus de tous soupçons. Il faut bien admettre que le ‘paysage’ de cette affaire prend un autre aspect si l’on considère simultanément :
- L’aménagement d’une base de tir spatial français sur la côte roussillonnaise à peu de distance de Périllos.
- Le lancement programmé d’un satellite depuis ce site.
- Le lancement programmé de ‘fusées’ depuis ce point.
- Le survol innocent d’un Constellation s’écrasant, sans explication plausible, hors de son plan de vol… d’essai.
- Dans cet appareil un personnel spécialisé embarqué et équipé pour… observer… on ne sait quoi.
- Le survol ‘grouillant’ durant une huitaine de jours de ces points par de nombreux engins peu identifiables…
- Une dernière question au cas où le Constellation se soit trouvé en mission de rendre compte d’objets volants dans son périmètre : les observait-il, les suivait-il… ou était-il lui-même suivi, comme dans l’affaire du 22 janvier 1971, où un Nord 262 s’écrasait entouré d’étranges boules lumineuses…

Tout est bien qui finit mal

Et après la catastrophe du Constellation, et la consternation générale, on n’entend jamais plus parler des points de cette série d’éléments. Il y aura simplement annulation du projet d’un site de lancement spatial français. Nos satellites et fusées partiront d’autres sites et les Constellations suivront un autre plan de vol.
Toute une effervescence particulière, ponctuelle dans le Temps et l’Espace, se terminera dans le silence qui entoure habituellement ce genre d’affaire, hélas pas si rare qu’on peut le souhaiter… Sur tout ça, le silence pudique, ou gêné, couleur de poussière du temps, s’étendra comme l’oubli sur la mémoire d’une poignée d’hommes morts en service… sans doute bien commandé.
Nous trouverons aussi, peut-être, que ce fut une providence que le village de Périllos soit inhabité… car il s’en fallut de peu que le Constellation ne s’écrase sur ce petit hameau oublié… une chance ? un autre hasard ? la providence ?

L’ombre de monsieur André Malraux pour une… autre histoire?

Dommage que monsieur André Malraux ne soit plus à ce moment un homme de plume… Il aurait peut-être écrit un autre roman, une fiction, sur une série d’événements où se seraient enchevêtrés faits, personnages, lieux et noms pour le moins pas si inhabituels que ça… Heureusement, sans doute par hasard, Monsieur André Malraux, au moment des faits, était un haut fonctionnaire d’un ministère culturel qui s’intéressa, avec tellement moins d’ambiguïté, à Gisors, un dossier ‘Lazard’ et… Salse !
A présent nous sommes loin des Lockheed L-049 et de leurs formidables quatre moteurs en étoile Wright Cyclone R-3350 de 2 200 ch. Nos bases spatiales de fusées et satellites sont loin de notre pays… et si parfois quelques lueurs surgissent dans le ciel de Périllos, ce ne sont que celles, nocturnes, du radar, au-dessus de tous soupçons, de Météo France… et rien d’autre !
Même si quelques personnes nous font état de ‘boules éclairées’ posées, aux dernières heures de la nuit, près du village abandonné… plus personne n’en prendra note… Plus personne, même si ces témoins du matin sont d’honorables fonctionnaires des services de sécurité de notre territoire !
Il n’y a décidément plus rien à voir sur ce secteur oublié. Plus rien à voir sauf, peut-être, le premier mai, quelques personnes à l’affût d’un témoignage, une sorte d’accusé-réception arrivé d’un futur vieux de 50.000 ans grâce justement au lancement d’un satellite dont monsieur André Malraux n’aurait, certes, pas décrié le nom… d’un satellite lancé d’une autre base que celle oubliée, elle aussi, entre Leucate et Perpignan… Quelle ironie !
Mais au fait… que sont devenues les installations réalisées alors, dans les années soixante, pour ce site de lancement vers l’espace ? Ces vestiges sont-ils… ‘d’une autre époque oubliée’, ou s’inscriront-ils bientôt, si ça ne l’est pas déjà, dans… ‘une autre histoire’, peut-être pas si ‘autre’ qu’elle ne le paraît ?

A suivre, et pourquoi pas ?

 

Le 12 Mars 2008